Patrimoine

Historique du moulin

En 1328, Jean l’Aveugle, le célèbre comte de Luxembourg, cède un moulin situé près du village de Beckerich aux moniales de l’Abbaye Noble de Notre Dame de Clairefontaine (B). Les habitants de Beckerich doivent, sous peine d’amendes, venir y moudre leurs grains, fournir la main d’œuvre pour les réparations, le nettoyage du ruisseau, le curage et la pêche de l’étang ainsi que le transport des nouvelles meules. A une époque où le pain est la base de l’alimentation, le moulin à farine de Beckerich a été sans conteste pendant plus de quatre siècles le garant d’une intense vie sociale.

En 1794 les révolutionnaires français anticléricaux détruisent l’abbaye noble de Clairefontaine et vendent aux enchères tous ses biens dont le moulin de Beckerich qui, en 1797, passe ainsi en mains privées.

Tout au long du XIXème siècle, les familles Welter, Rausch et Waxweiler exploitent le moulin tout en augmentant leur patrimoine foncier. Petit à petit, elles complètent leur activité meunière, devenue peu rentable, par celles de scieurs et d’agriculteurs. Au début du XXème siècle, Nicolas Waxweiler et surtout sa veuve, Suzanne Welter, aidée de ses enfants, vont donner une nouvelle impulsion au développement des activités du moulin. En effet, une exploitation plus efficace de la roue permet de faire mieux fonctionner la scierie.

Ensuite, en 1912, le remplacement de la roue par une turbine d’une puissance d’environ 10 KW actionnant une dynamo rend possible la production d’une électricité qui sera distribuée dans le village au moyen d’un réseau de câbles flambant neuf. Grâce à cette production, Beckerich devient un des premiers villages luxembourgeois électrifiés. La tension du courant électrique à cette date est du 110 V continu combiné avec un système d’accumulateurs à plomb de type Henri Tudor. Pour pouvoir garantir la fourniture d’énergie électrique à tout le village, chaque ménage n’a droit qu’à une ampoule de 5 Watt. A l’époque, le prix d’1 KWh était de 4 francs, de quoi nourrir une famille pendant une semaine !

En 1924, le circuit électrique est modernisé et passe à du 220/380 V. En 1934, la production d’électricité est cédée en partie à la Cegedel qui construit une ligne de moyenne tension de 15000 V pour alimenter le réseau Waxweiler. De moulin à farine, le moulin Waxweiler devient peu à peu usine électrique et scierie, lui faisant quitter son statut d’activité rurale pour en faire un complexe industriel diversifié.

En 1926, la famille Waxweiler acquiert une nouvelle scie à ruban de la marque Brenta toujours en état de marche aujourd’hui. En 1939, l’activité principale est presque exclusivement tournée vers l’exploitation de la scierie et le commerce du bois. A la fin de la deuxième guerre mondiale, l’armée américaine loue la scierie pendant trois mois afin de débiter des poutres pour la construction de ponts.

La page industrielle du moulin sera définitivement tournée après la fermeture de la scierie en 1975 et la reprise du dernier réseau de distribution d’énergie électrique par la Cegedel en 1984. En 1995, s’éteint la dernière propriétaire occupante du moulin de Beckerich.

En 1996, conscientes du rôle que cet ancien témoin de l’histoire locale peut encore jouer au sein de la communauté villageoise et de la région, les autorités communales de Beckerich achètent tout le complexe de l’ancien moulin. Elles entament de longues et fastidieuses restaurations pour donner une nouvelle impulsion à ce lieu.

Quant à la scierie, grâce à un petit groupe de bénévoles retraités, les différentes machines vieilles de plus de quatre-vingts ans fonctionnent à nouveau. Elles sont régulièrement mises en route soit sur demande pour des groupes de visiteurs soit lors des journées européennes du patrimoine ou lors du weekend du bois. Depuis 2007, grâce aux bons soins de J. Schweicher, la scierie fait désormais partie du circuit de la Route du bois mise sur pied par l’administration grand ducale des Eaux et Forêts.

Le moulin aujourd'hui

Le moulin rénové, se compose de trois bâtiments différents :
  • Les anciennes granges et étables qui ont été aménagées pour y recevoir à la fois un très joli restaurant («Andermillen») avec une terrasse spacieuse, un pittoresque bistrot («Beim Mëller») ainsi que plusieurs salles de séminaires et de réunion.
  • L’ancienne maison d’habitation du meunier qui contient encore le mécanisme du moulin et qui accueillera dès l’été 2011 une petite boutique de produits régionaux et un sympathique café («millespënnchen»)
  • Et pour terminer, l’ancienne scierie Waxweiler entièrement rénovée avec ses fascinantes machines à bois.
Mais tout aussi intéressante est la nature autour du moulin et de son étang. Les paysages alentours invitent à la découverte de notre région et à la relaxation.
L’asbl d’Millen offre aux visiteurs un panel impressionnant de promenades autour du moulin que ce soit individuellement ou en groupes. Nous vous y attendons avec impatience ! Voir notre programme "Visites guidées"